L'Histoire

La légende

Accueil

Précédent

Suivant

La Seigneurie de Lescoulouarn était la plus importante des nombreuses Seigneuries de Plonéour. Le manoir a disparu, mais le village a conservé son nom. Il se trouve à moins de 2 kilomètres de Bonne-Nouvelle.

Lorsque les Seigneurs de Lescoulouarn étaient patrons de Bonne-Nouvelle, est née une légende qui est bien connue des Plonéouristes et qui, comme toutes les légendes, doit bien avoir un fond de vérité.

Au temps jadis, vivait à Brennanvec un vieux Seigneur. Son fils, jeune homme plein d'espérance, était parti guerroyer pour le roi. Et depuis de longs mois, nulle nouvelle du cher enfant n'arrivait au castel. Un an, deux ans, le Seigneur de Brennanvec attendait toujours. Et toujours pas de nouvelles. Las enfin d'attendre, le vieux Seigneur résolut d'aller pleurer son fils en un coin solitaire, et se retira en un lieu appelé depuis Kervouëlan, le lieu qui pleure (ker : lieu et Gwela, Gwelàn : pleurer).

Chaque jour, à la même heure, il descendait de son ermitage à la chapelle de "Monsieur Saint Julien" implorer Marie, la Mère des Bretons, et lui confier sa douleur. Son fils ! ... Ah ! Qu'il lui tardait de le revoir ! Pour prix de ce bonheur, il agrandirait , embellirait la chapelle de Saint Julien, il y ferait placer une magnifique statue de la Mère des Douleurs. Rien ne lui coûterait.

Or un jour que selon sa coutume, le vieux Seigneur agenouillé sur le pavé de la chapelle, redisait pour la millième fois sa douleur à la Mère du Ciel, voici qu'un de ses vieux serviteurs accourant, s'écriait "Bonne-Nouvelle, Seigneur, Bonne-Nouvelle. Kelou mad, Aotrou, kelou mad. votre fils ! Celui que vous pleurez est de retour. Il vous attend".

Et le vieux Seigneur tout joyeux de courir au château de Brennanvec où l'attendait son fils, redisant, fou de joie et de bonheur, kelou mad, kelou mad !

En reconnaissance de ce bienfait, la chapelle fut, dit-on, reconstruite sur un plan nouveau, et au vocable de Saint Julien fut ajouté celui de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle.

Les documents font des Seigneurs de Lescoulouarn les fondateurs de Bonne-Nouvelle. La légende attribue cette fondation à un Seigneur de Brennanvec.

Peut-être peut-on arranger les choses en pensant que le culte de Notre-dame de Bonne-Nouvelle et sa légende remontent à l'époque où les "de Foucault", puis les "Languenouez" étaient à la fois Seigneurs de Lescoulouarn et de Brennanvec. Cela dû avoir lieu à la fin du XV èle siècle et au début du XVI ème. On est alors sous le règne de la Duchesse Anne, la Bretagne est prospère. Partout dans les campagnes surgissent des chapelles qui témoignent d'une intense activité artistique. Une reconstruction de notre chapelle à cette époque n'aurait rien d'invraisemblable.

(Racontée par C. Gueguen, Menuisier au bourg de Plonéour).